Short-cuts (42)

semaine du 7 / 11 / 16

"Provisions pour la mémoire. Provisions pour la force."


L’Airbus A 319 entamera sa descente.

Le ciel est toujours bleu les bruits sont feutrés et on plane sur la douceur mensongère des nuages, on plane, immobiles d’apparence, dans une succession de paysages lointains : les carrés des champs, les sillons des rivières, les tâches d’eau, les pointes des Alpes, la neige, la terre est verte et marron et bleue et tellement tellement petite. Plus de frontières. Plus d’hommes. Le mouvement des yeux sur l’horizon dessine une ligne infinie. Plus de distances. Et on est loin de tout ce qui peut faire mal. De tout ce qui fait mal. De tout…

Dans la brume des particules fines se dessine une montagne. Un pic marque le sommet. Les paysages anonymes des terres du vieux continent s’effacent. Il est là, le centre. Derrière les hauteurs de la montagne dans la brume une ville se déploie. Entre la montagne et la rivière, et au-delà de la rivière, la mémoire d’un corps jeune dessine les chemins de vie dans la ville, les chemins de mémoire du corps aux yeux fermés. La ville est grise. Froide. Elle est et n’est pas belle. Elle est et n’est pas étrangère. Celle qui sera toujours celle qu’on appelle la sienne et une autre à la fois.


 
 

novi tjedan : 7 / 11 / 16

"Zalihe za sjećanje. Zalihe za snagu."


Airbus A 319 započet će slijetanje.

Nebo je uvijek plavo zvukovi utišani i lebdimo nad lažnom mekoćom oblaka, lebdimo, naizgled nepomični, u nizu dalekih krajeva : kvadrati polja, brazde rijeka, mrlje vode, vrhovi Alpa, snijeg, zemlja je zelena i smeđa i plava i toliko toliko malena. Nema više granica. Nema više ljudi. Pokret očiju po obzoru crta beskrajnu liniju. Nema više udaljenosti. I daleko smo od svega što može boljeti. Od svega što boli. Od svega...

U izmaglici lebdećih čestica pokazuje se planina. Toranj označava vrh. Nestaju anonimni pejzaži zemalja starog kontinenta. Ovdje je centar. Iza vrhova planine u magli pruža se grad. Između planine i rijeke, i dalje od rijeke, sjećanje mladog tijela ocrtava linije života u gradu, linije sjećanja tijela zatvorenih očiju. Grad je siv. Hladan. Lijep je i nije lijep. Stran je i nije stran. Onaj koji će uvijek biti onaj koji se zove svoj i tuđi istovremeno.