Short-cuts (17)

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 9 / 5 / 16

Je mesure mes envies sur une échelle qui traverse les lieux, réels et irréels, intérieurs et extérieurs, qui traverse les moments de la journée, qui traverse les époques et crée des rêves. Je mesure mes envies selon celui à qui je parle, à qui j’écris, qui est là, ou qui ne l’est pas. Je me range dans des boîtes aux dimensions fixes, un trou pour respirer, un trou pour poser le regard sur le monde. Je me positionne dans une réalité pleine de semblables à moi-même et je cherche à me définir par différence, selon des méthodes objectives et observables.

 

ESLO : Enquêtes Sociolinguistiques à Orléans

"Entre 1969 et 1974, des universitaires britanniques ont réalisé un premier portrait sonore de la ville en enregistrant plusieurs centaine d’Orléanais dans la vie de tous les jours. Il s’agit du plus important témoignage sur le français des années soixante-dix. En 2014, quarante ans après cette première étude, l’université d’Orléans (…) renouvelle l’expérience (…). Les enregistrements réalisés (…) forment un formidable témoignage sur la ville et sur le français (…). Ces enregistrements transcrits, rendus anonymes et informatisés constituent une très riche ressource pour les chercheurs en tout genre : historiens, sociologues, linguistes, etc."

(Quid des artistes ?)



C’est un enregistrement sonore du printemps 1969. La bande magnétique grésille mais les protagonistes semblent être dans la pièce juste à côté. Lui, universitaire britannique bilingue. Elle, issue de la vieille bourgeoisie orléanaise, étudiante en lettres modernes à Tours. Elle fume cigarette sur cigarette. Sa voix est froide et ses dernières syllabes longues. Elle va aux bals et fait du patinage. Elle n'a que 21 ans et la vie devant elle. Sa mère se promène en vison et boit oisivement du thé au 4e étage des Galeries Lafayette. Elle est riche, intelligente et libre. Elle a des opinions politiques arrêtées. Est-elle belle ? Je l’ignore. 


Enfin quelle est la différence, pensez-vous, entre la droite et la gauche ?

En France ?

Oui oui

Oh il y a une différence énorme je crois en France. Il y a tellement de de gradations qu’il finit par y avoir une différence assez énorme entre la droite et la gauche en France.


Où est-elle aujourd’hui ? Est-elle encore en vie ? …non, ma vie ne m’a pas emmenée vers des rives rêvées au printemps 1969, j’étais parfaitement libre, parfaitement insolente, j’avais une vie parfaitement rose, à l’arrière-goût sucré des couchers de soleil à l’aube de ma jeunesse, mais celle que j’entends, qui me parle du passé et du passé, elle est moi et je suis elle.


Que je me sois promenée pendant quinze jours à Orléans avec un barbu à cheveux longs, parfaitement maoïste et parfaitement intelligent aussi, et aussitôt je me suis fait traiter de bolcho. Alors ça c’est la petite histoire, pour bien dire qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que derrière tout ça y a une différence énorme entre les classes sociales, et ce qui est pire la différence elle existe, c’est certain, seulement y a toujours moyen de, par exemple au niveau intellectuel au niveau de l’amour au niveau de…à bien des niveaux elle peut être effacée.


Son prénom ? Je l’ignore. Est-elle rousse, brune, blonde ? Aujourd'hui, couleur de cendres. Je lui donne une présence dans les plis de ma peau et je fige pour l’éternité sa jeunesse que je n’ai plus, qu’elle n’a plus, et ce bref instant de rencontre dans un autre temps, une autre vie, la rend désormais immortelle.



novi tjedan : 9 / 5 / 16

Mjerim svoje žudnje na skali koja prolazi kroz mjesta, stvarna i nestvarna, unutarnja i vanjska, koja prolazi kroz svakodnevne trenutke, koja prolazi kroz epohe i stvara snove. Mjerim svoje žudnje ovisno o onom s kim govorim, kome pišem, tko je ovdje, ili nije. Spremam se u kutije, jedan otvor za disanje, jedan za gledanje vanjskog svijeta. Mjesto mi je u stvarnosti pokraj mnoštva onih koji mi nalikuju i nastojim se definirati po principu različitosti, objektivnim i promatračkim metodama.

 

ESLO : Sociolingvističke ankete u Orléansu

"Između 1969. i 1974. britanski sveučilišni profesori napravili su prvi zvučni portret grada snimivši više stotina građana Orléansa u svakodnevnim situacijama. Radi se o najvećem svjedočanstvu francuskog jezika sedamdesetih. 2014., četrdeset godina nakon ove prve studije, sveučilište u Orléansu ponovit će projekt (…). Novi zvučni zapisi (…) tvore predivno svjedočanstvo o gradu i o jeziku (…). Ti su zapisi transkribirani, anonimizirani i informatički obrađeni, te su bogat izvor za znanstvenike iz različitih područja : povjesničare, sociologe, lingviste, itd."

(A što je s umjetnicima ?)



Ovaj zvučni zapis nastao je u proljeće 1969. Magnetska traka pucketa no protagonisti kao da su u susjednoj prostoriji. On, bilingvalan britanski profesor. Ona, pripadnica stare orleanske buržoazije, studentica komparativne književosti. Pali cigaretu za cigaretom. Glas joj je hladan a krajnji slogovi dugi. Posjećuje balove i bavi se klizanjem. Ima tek 21 godinu i čitav život pred sobom. Njena majka šeće svoju bundu od kune i dokono pije čaj na četvrtom katu starinske robne kuće. Bogata je, inteligentna i slobodna.  Njezina politička stajališta su odlučna. Je li lijepa? Ne znam.


Koja je, po vašem mišljenju, razlika između ljevice i desnice ?

U Francuskoj ?

Da da

Oh mislim da u Francuskoj postoji ogromna razlika. Toliko je toliko stupnjeva da je razlika između ljevice i desnice u Francuskoj naposljetku ogromna. 


Gdje je ona danas ? Je li još živa ? … ne, život me nije odveo na obale sanjane u proljeće 1969,, bila sam potpuno slobodna, potpuno drska, vodila sam potpuno ružičast život slatkog okusa zalazaka sunca u svitanje moje mladosti, no ona koju čujem, koja mi govori o prošlosti iz prošlosti, ona je ja a ja sam ona.


Onog puta kad sam dva tjedna šetala Orléansom ruku pod ruku s bradatim tipom duge kose, posve inteligentnim i pravim maoistom, i nazivali su me boljševikom. To je ta priča. No budući da nema vatre bez dima, mislim da iza sveg tog postoji ogromna razlika u socijalnim staležima i, što je najgore, ta razlika postoji, to je sigurno, no uvijek postoji način, na primjer na intelektualnom nivou ili u ljubavi, na mnogo razina ta se razlika može izbrisati.


Njeno ime ? Meni je nepoznato. Je li crvenokosa, brineta ili plava ? Danas je boje pepela. Dajem joj prisustvo u naborima svoje kože i za vječnost čuvam njenu mladost, koju više nemam, koju više nema, i taj kratki susret u nekom drugom vremenu, drugom životu, odsada je čini besmrtnom.