Short-cuts (31)

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 22 / 8 / 16

Lorsqu’on aura épuisé

[la chaleur sur les clavicules – la cire transparente – le silence de la mer – les paroles – les lettres imaginaires – Lol V. Stein – les mélodies de Bach – les couleurs : jaune moutarde, rouille, vert émeraude – la peur des femmes voilées (qui a peur ?) – l’hystérie ordinaire – d’autres mondes – plusieurs promesses dérisoires – l’Islande – une grande déception – les traductions impossibles – la solitude – le conditionnel passé – des huiles essentielles : lavande, orange, marjolaine, verveine – des livres jamais lus – d’autres destins tragiques – tous ses désirs impossibles – La Vie matérielle – le changement de rythme – ses adieux – le mot torpeur – des cris sous les décombres – le manque d’argent – trois voyages vers l’est et deux vers le sud]

il sera trop tard.

"Ils s'étaient silencieusement contemplés, longuement, ne sachant que faire, comment sortir de la nuit."

C’est l’immobilité des corps qui m’effraie. L’effroi immuable des êtres qui ont le don de rêver, d’imaginer, de construire la réalité avec leurs deux mains et une tête. Des paillettes en sucre brillent sur le sable. Le monde est désert. Ils ne disent rien. Ils ne bougent point. Ils se contemplent. La nuit des hommes commence par leur déni de la femme. Leurs yeux avides. Le mot lutte. Vous êtes encore hors-sujet, Messieurs. Si je ne peux pas danser pieds nus sous la pluie / me mettre du rouge à lèvres couleur sang et sourire / regarder l’humanité avec mes yeux de biche / chanter faux / porter tous les vêtements du monde où je veux quand je veux / je ne souhaite pas faire partie de votre révolution. Allez chercher ailleurs.


 
 

 novi tjedan :  22 / 8 / 16

Kada iscrpimo

[toplinu na ključnim kostima – prozirni vosak – tišinu mora – sve govore – imaginarna pisma – Lol V. Stein – Bachove melodije – boje : senf žuto, bakreno, smaragdno zeleno – strah (od) žena pod velom – običnu histeriju – druge svjetove – više podrugljivih obećanja – Island – jedno veliko razočaranje – nemoguće prijevode – samoću – prošlo svršeno vrijeme – eterična ulja : lavandu, naranču, mažuran, verbenu – nikad pročitane knjige – ostale tužne sudbine – sve svoje nemoguće čežnje – Stvarni život – promjenu ritma – svoje oproštaje – riječ tromost – krikove pod ruševinama – manjak novca – tri putovanja prema istoku i dva prema jugu]

bit će prekasno.

"Promatrali su se tiho, dugo, ne znajući što učiniti, kako izaći iz noći."

Nepomičnost tijela je ono što me plaši. Statična strava od bića koja mogu sanjati, zamišljati, stvarati stvarnost sa svoje dvije ruke i jednom glavom. Šećerne čestice sjaje na pijesku. Svijet je pust. Ništa ne govore. Ne miču se. Promatraju se. Noć čovjeka počinje s njegovim poricanjem žene. Njihove pohlepne oči. Riječ borba. Opet ste promašili temu, gospodo. Ako ne smijem plesati bosa po kiši / staviti ruž boje krvi i smijati se / gledati svijet svojim dubokim crnim očima / pogrešno pjevati / nositi svu odjeću svijeta gdje hoću kad hoću / ne želim biti dio vaše revolucije. Idite tražiti drugdje.