Short-cuts (15)

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 25 / 4 / 16

The world is yours

Heureux sont ceux qui habitent la capitale. Dimanche 24 avril, 18h30, Paris 6e. Dans l’air un air de fête. On sort de l’Odéon. Isabelle porte Phèdre(s) dans le sang qui coule de sa féminité dans l’espace de sa chevelure blonde dans les muscles derrière ses bas résille dans de petites gouttes de sueur et sa voix suave et contradictoire. Dans l’air des aires d’un mégaphone. Des étudiants, peut-être ? On traîne devant les grilles latérales du théâtre. En face, une librairie, une fromagerie et un café. Une grande voiture noire vient se garer, sur le siège passager deux baguettes. Dans l’air des cris, des revendications. Encore ces étudiants ? On voudrait et ne voudrait pas apercevoir Isabelle. Un jeune à vélo demande au gardien de la porte latérale de le laisser entrer. Il refuse. Pourquoi, on se demande. Isabelle ne sort pas et c’est tant mieux. Trois gouttes de pluie. Et si on marchait jusqu’à la place de la République avant de reprendre le train ? Le vent se lève. On contourne. Sur la façade frontale du bâtiment, quatre affiches (noir – blanc – rouge) : Nous somme repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein), La Mouette, Les Palmiers sauvages, Phèdre(s). Puis, en haut, trois nouvelles : De l’argent, il y en a, construisons de nouveaux droits, Pas de droit du travail sans droit au chômage, et, froissée par le vent, Nuit débout à l’étoile rouge. Une liesse de résistance se propage sur les lèvres des passants. On sourit à son voisin, cet inconnu. Sans savoir, sans concevoir, on est bien. Sortons danser au rythme du vent nouveau. Les jours seront longs et les nuits sans fin.

The world is yours

Trente ans depuis Tchernobyl. Aujourd’hui, des images : un manège jaune envahi par de la mousse, une salle de classe, craies et cahiers tombés par terre, des feuilles mortes et du verre brisé, des animaux sauvages aux yeux verts luisants. Le temps des hommes s’y est arrêté. J’aimerais pouvoir me dire que personne ne soupçonnait à l’époque les dangers de ce nuage aux particules invisibles, nuage qui tend la main et happe les atomes, puis les cellules, puis le sang, puis les organes, puis le corps, et avec le corps l’âme, la mémoire, les souvenirs, la vie, la vie, la vie. J’aimerais pouvoir me dire ça. L’ignorance. L’inconnu. L’insoupçonnable. Je pense que je me dirai ça, oui. Car il serait affreux de devoir se dire qu’ils le savaient depuis le début, inertes, assis, gros, qu’ils le savaient depuis le début, et que rien n’avait été fait pour éviter que l’horreur advienne (quid de la fatalité de l’horreur ?). Tchernobyl, lieu où l’homme n’est plus. Les forêts garderont en mémoire nos rires et notre souffle.



novi tjedan : 25 / 4 / 16

The world is yours

Sretni su oni koji žive u metropoli. Nedjelja 24. travanj, 18h30, Pariz. U zraku zvukovi veselja. Izlazimo is Odeona. Isabelle Huppert nosi Fedru u krvi koja kaplje iz njezine ženskosti u prostoru svoje plave kose u mišićima pod mrežastim čarapama u kapljicama znoja i svom svilenom kontradiktornom glasu. U zraku zvukovi s megafona. Studenti, možda? Zadržavamo se pred bočnom ogradom kazališta. Preko puta, knjižnica, dućan sa sirevima i birtija. Zaustavlja se veliki crni auto, na suputničkom mjestu vrećica iz pekare. U zraku krici i zahtjevi. Još uvijek ti studenti? Želimo i ne želimo opaziti Isabelle. Dečko na biciklu pita čuvara bočnih vrata da ga pusti ući. Ovaj odbija. Pitamo se zašto. Izabelle ne izlazi, tim bolje. Tri kapi kiše. A da prošećemo do Trga Republike prije vlaka? Vjetar jača. Zaobilazimo. Četiri plakata na prednjoj fasadi zgrade (crno – bijelo - crveno) : Pijani smo ali se ne kajemo (Ručak kod Wittgensteina), Galeb, Divlje palme, Phèdre(s). A poviše, tri nova : Novaca se ima, izgradimo nova prava, Nema prava na rad bez prava na naknadu za nezaposlene, i zadnji, crvene zvijezde za uspravne noći (Nuit debout, trenutni pokret otpora protiv novog zakona o radu). Proslava otpora širi se među prolaznicima s usta na usta. Smiješimo se strancu pored nas. Još ne znamo, još ne shvaćamo, no dobro smo. Pođimo plesati u ritmu novog vjetra. Dani će biti dugi, a noći bez kraja.

The world is yours

Trideset godina od Černobila. Danas, slike : žuti vrtuljak obrastao mahovinom, učionica, krede i bilježnice razbacane na tlu, mrtvo lišće i razbijeno staklo, divlje životinje svijetlećih zelenih očiju. Vrijeme ljudi je stalo. Voljela bih moći si reći da tada nitko nije mogao slutiti opasnost tog oblaka s nevidljivim česticama, oblaka koji pruža ruke i grabi atome, pa stanice, pa krv, pa organe, pa tijelo, i s tijelom dušu, pamćenje, sjećanja, život, život, život. Voljela bih moći si to reći. Neznanje. Nepoznato. Nepojmljivo. Mislim da ću si to reći, da. Jer bilo bi strašno da si moramo reći da su znali od početka, oni, intertni, debeli, ružni, da su znali od početka i da ništa nije bilo poduzeto da se taj užas spriječi (a fatalnost užasa?). Černobil, mjesto gdje čovjek više nije. Šume će pamtiti naš smijeh i naš dah.