Short-cuts (11)

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 28 / 3 / 16

…encore des morts des morts des morts des morts… et ce [R] français qui se roule, qui résonne comme un fracas de verre brisé… des morts jeunes, trop jeunes, par des dizaines, d’autres jeunes aux barricades, par des centaines, un bourreau de guerre en liberté, un avenir incertain, j’observe la nuit tomber sur le monde, bientôt l’époque des crépuscules flamboyants {qui brûle en produisant une vive lueur, des flammes}, partis Imre Kertész et Zaha Hadid, partis par milliers des visages anonymes, ailleurs. bientôt l’époque des crépuscules flamboyants {(par extension) qui produit une vive lueur, un éclat}, les feuilles seront vertes et les filles ôteront la poussière de l’hiver. la cigogne est revenue, grise et jaune, pour la quatorzième fois, vive l’amour l’amour l’amour. bientôt l’époque des crépuscules flamboyants {(par extension) qui est éclatant, remarquable dans son genre} et la mue des papillons, l’air sera plus doux, c’est si naturel, et je partirai vers la foule les grandes avenues le béton et le verre. puis je rentrerai. à la maison.

Le moment où Klepetan retrouve sa Malena

Zagreb (prélude)

Je rentre ou je retourne ? à Zagreb, mon Zagreb, dans ses rues imprégnées des rires de mon adolescence, parmi ses parcs ses fontaines ses tramways où on fraude, dans les ruptures de ses absences, de mes absences, sous la lumière nocturne et les odeurs de ses tilleuls (qu’Isabel aimait il y a dix ans, dix ans…), au nord, la montagne (où on embrassait les arbres, la nuit, avant Gordogane), au sud, la rivière, à l’est, la forêt, à l’ouest, la frontière, et au milieu, l’insupportablement connu, le mien, mais comme derrière un voile transparent et intouchable, formé des ailleurs, ou des années ailleurs, des ruptures de mes absences, et je le revendique, je le revendiquerai, mon Zagreb, ces sons gorgés de miel, Zagreb…

 

Max Servais

Restez immobiles devant cette femme, les yeux cachés par des cibles, dans la tête et dans le corps un millier d’individus anonymes (qui l’habitent ? qui la hantent ?), et qui dit « C’est un peu de rêve que vous gaspillez sur votre passage ». Voici des preuves, dixit Max Servais, écrivain de romans policiers et surréaliste belge discret quand ça fut la mode, voici des preuves, dans ce monde des images, des nouvelles si nouvelles, des faire et des avoir, plus de place pour des rêves ?

Se lever tôt, se coucher tard, le noir est doux, prenant et surprenant, les rêves se font rares et l’oubli bienveillant.

Ne gaspillez pas vos rêves.



novi tjedan : 28 / 3 / 16

opet novi mrtvi mrtvi mrtvi mrtvi… s tim hrvatskim [R] koje se kotrlja, koje odjekuje poput razbijenog stakla… umrli su mladi, premladi, na desetke, dok su drugi mladi na barikadama, na stotine, a ratni krvnik na slobodi, budućnost je neizvjesna, gledam kako noć pada na svijet, skoro će početi doba plamenih sumraka, otišli su Imre Kertész i Zaha Hadid, otišli tisuće anonimnih lica, negdje drugdje. skoro će početi doba plamenih sumraka, lišće je zeleno a djevojke skidaju zimsku prašinu. Klepetan se vratio, siv i žut, po četrnaesti put, živjela ljubav ljubav ljubav (ne idem bez tebe). skoro će početi doba plamenih sumraka i preobrazbe gusjenica u leptire, zrak će biti blaži, a ja ću otići prema rijekama ljudi širokim avenijama betonu i staklu. i vratit ću se. kući.

 

Zagreb (preludij)

Vratit ću se Zagrebu, svom Zagrebu, u njegove ulice natopljene smijehom starih dana, u njegove parkove fontane i tramvaje u kojima ne plaćamo kartu, u pukotine njegove odsutnosti, mojih odsustava, pod noćna svjetla u mirisu lipa (Isabel je voljela lipe, prije deset godina, deset godina…), na sjeveru, planina (grlili smo stabla noću prije Gordogana), na jugu, rijeka, na istoku, šuma, na zapadu, granica, a u sredini, nepodnošljivo poznato, moje, no kao iza prozirnog vela, nedodirljivo, pukotine mojih odsutnosti, no Zagreb je moj, i bit će moj, kao ti slatki zvuci, Zagreb…

 

Max Servais

Zaustavite se načas pred ovom ženom, čije su oči skrivene iza meta, a u glavi i u tijelu tisuće osoba, anonimnih (koji ju nastanjuju ? koji ju opsjedaju ?), a ona kaže : «  To malo snova što tratite na svom putu ». Evo vam dokaza, reče Max Servais, pisac krimića i diskretan belgijski nadrealist kad je to bilo u modi, evo vam dokaza, u tom svijetu slika, gužve, posjedovanja, rada, ima li još mjesta za snove ?

Rano ustati, kasno zaspati, mrak je blag, mekan i iznenađujuć, snovi su rijetki a zaborav dobrodošao.

Nemojte tratiti svoje snove.