Short-cuts (36)

Short-cuts (36)

au bout de chaque semaine, ce(ux) que je retiens dans la réalité subjective du monde qui nous entoure

krajem svakog tjedna, ko/čega se sjećam u subjektivnoj stvarnosti svijeta oko nas


semaine du 26 / 9 / 16

"Make yourself important. Make yourself important."

 

frappe, frappe avec ta sérénité bleue liquide, avec tes certitudes et incertitudes, frappe avec tes ouvertures, toutes tes ouvertures, casse avec tes dents tes lèvres tes sourcils, détruis frappe ne laisse rien derrière. l’odeur du sable sur l’autre hémisphère, le linge qui sèche sur le balcon c’est fini, fini, maintenant griffe avec ta complaisance avec ta vie tranquille avec tes angoisses et tes illusions, entaille les images parfaites puis épuise-les en douceur et écrase les orties sur ton chemin. mords avec tes mots (tes mots se dissolvent dans les reflets des arbres), défigure avec tes phrases, noie, noie tout avec l’attente et les fugues, fugues imaginaires et épuisantes, déchire avec ton insécurité posée et dépeuplée, brise le verre en cas d’urgence, cas d’urgence, cas d’urgence… remue avec la lame de tout ce qui t’est familier, étrangle avec tes ongles et tes ailleurs, écorche avec ta peur intouchable, secoue fort les regards immobiles les rêves dont tu ne te rappelles jamais les silences que tu adores, secoue, secoue avec tes entrailles et broie avec les sons les sens le sens que tu te refuses. tu es calme ton âme est opaque c’est insupportable

*

Ha sido golpeado con algo duro, probablemente redondeado


 
 

novi tjedan : 26 / 9 / 16

"Make yourself important. Make yourself important."

 

udari, udari svojim tekućim plavim spokojem, svojim sigurnostima i nesigurnostima, udari svojim otvorima, svim svojim otvorima, slomi svojim zubima svojim usnama svojim obrvama, uništi lupi ne ostavi ništa za sobom. miris pijeska na drugoj hemisferi, rublje koje se suši na balkonu gotovo je, gotovo, sad grebi svojim samozadovoljstvom svojim mirnim životom svojom anksiozošću i svojim iluzijama, zareži savršene slike te ih iscrpi s nježnošću i zdrobi koprive na svom putu. grizi svojim riječima (tvoje se riječi tope u odrazima drveća), izobliči svojim rečenicama, utopi, utopi sve s čekanjem i bjegovima, imaginarnim i iscrpljujućim bjegovima, raspori svojom staloženom i pustom nesigurnošću, razbij staklo u slučaju opasnosti, slučaju opasnosti, slučaju opasnosti... utrljaj sol svega što ti je blisko, uguši svojim noktima i svojim odsutnostima, oderi svojim nedodirljivim strahom, jako protresi nepomične poglede snove kojih se nikad ne sjećaš tišine koje obožavaš, protresi, protresi svojom nutrinom i samelji zvukovima osjetima značenjima koje si odbijaš. tvoje tijelo je mirno tvoja duša je neprovidna to je nepodnošljivo.

*

Ha sido golpeado con algo duro, probablemente redondeado