Short-cuts (46)

Short-cuts (46)

semaine du 5 / 12 / 16

"Je dépends de l'oubli dans ton regard"


je

voudrais

pouvoir

écrire

Il est temps maintenant, peut-être. Nous tissons des lignes droites et laiteuses comme les toiles d’araignées invisibles sur la carte d’un monde que nous ne verrons jamais. Un filet résille tendu au-dessus de quelques photographies anémiques entrave les mouvements involontaires dans les nuits blanches et c’est tant mieux. Nous n’étions pas doués pour faire durer les fils narratifs.

j’ai

du mal

avec

les personnages

Je prends tout. Ce n’est pas assez. Ce n’est pas méthodique. Comme une fatalité pèsent sur mon corps les calculs mathématiques et les bruits de l’automne révolu. Ainsi se brisent et meurent toujours les mêmes motifs : je n’arrive pas à les épuiser.

(Le cri du texte ne peut-il naître que dans les mondes imaginaires ?)

mes textes

n’inventent

rien

de nouveau

Que se passera-t-il après ? Je dis tu, nous, pour éviter de dire je, je dis elle, la fille en verre, qui n’est pas moi, je ne dis pas tout. Et si c’est trop, de ne pas tout dire, pose ton souffle derrière mes yeux et glisse parmi mes images parfaites un faisceau de lumières polychromes. La combinatoire des paradigmes est infinie.

Il se fait tard dans la nuit de tes mots. Dormons.


 
 

novi tjedan : 5 / 12 / 16

"Zavisim od zaborava u tvom pogledu"


željela

bih

moći

pisati

Došlo je vrijeme, možda. Pletemo niti ravne i bjeličaste poput nevidljivih paučina na karti svijeta kojeg nikada nećemo vidjeti. Cipkasta mreža nategnuta nad nekoliko anemičnih fotografija zaustavlja nehotične pokrete u dugim noćima. Tim bolje. Nismo znali kako da produljimo trajanje narativnih niti.

ne znam

kako

s

protagonistima

Uzimam sve. To nije dovoljno. Nije metodično. Kao kakva fatalnost moje tijelo stežu matematičke računice i buka kasne jeseni. I tako se uvijek slamaju i umiru isti motivi : ne uspijevam ih iscrpiti.

 (Zar se krik teksta može rađati samo u nestvarnim svjetovima ?)

moji tekstovi

ne stvaraju

ništa

novo

Što će se dogoditi kasnije ? Kažem ti, mi, da ne bih morala reći ja, kažem ona, staklena djevojka, koja nije ja, ne kažem sve. I ako je to previše, ne reći sve, onda položi svoj dah iza mojih očiju i ostavi snop šarenih svjetala među mojim savršenim slikama. Kombinacija paradigmi je neiscrpna.

Postaje kasno u noći tvojih riječi. Spavajmo.