Sur l'amplitude

Part I : To remember the present

L'automne s'est produit en douce.

Sur la rive droite du fleuve les platanes projètent des ombres débordantes contre les façades blanches. Sur la rive gauche du fleuve le sable et la poussière sont soulevés par le vent et le va-et-vient des voitures.

Entre la rive droite et la rive gauche, un arbre en or.

 
1.JPG
 

Part II : To feel the past

Une première mémoire (analytique). Celle qui est détachée du corps. Je me souviens du coucher de soleil le neuf décembre deux mille seize : le réel est remplacé par sa représentation car je n'y suis plus. Se souvenir du temps mais pas de la matière. Je ne peux saisir ce qui n'est plus alors je mesure la distance qui nous sépare par le taux de verbes à l'imparfait : "je me souviens pour être malheureux/heureux". Dans la mesure où ma mémoire est défaillante, je reconstruis le passé en falsifiant le souvenir. Les coupures dans les dialogues sont nourries par ma parole intérieure et les évidences sensorielles réduites à l'échelle de la distance à vol d'oiseau. Le point de non-retour est le présent : malgré leur degré inégal de pâleur, tous mes souvenirs sont des artéfacts.

Une seconde mémoire (synesthésique). Celle qui est immersive. Je me souviens des traits de X non pas parce que les images de X se manifestent dans mon esprit mais parce que je suis projetée vers l'ipséité synchronique de X. L'abîme temporel est aboli et X émerge dans la concrétude de ses infimes détails. "L'anamnèse me comble et me déchire." En outre, je ne domine pas les circonstances d'accès à la mémoire de X : je suis continuellement surprise par ses apparitions. X est le sujet, la présentification, l'acteur, et moi l'objet pensé. Dans les coulisses de ce spectacle étrange, je n'invente rien. X est. Cette mémoire est la plus pure : elle n'est ni mélancolique (cela fut) ni artificielle (cela est comme si). Son intemporalité nourrit.

*

Hier, tu as surgi devant moi dans les vitres du tramway baignées par une lumière rouge. Nos regards furent brefs mais intenses.

 
3.JPG