Sur les notes

Sur les notes

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes?

*

(1)

Une allégorie : un après-midi lorsque le soleil est bas et les rues luisantes de pluie et de feuilles, mois de mars aux couleurs d'octobre, aux présages d'une fin, mais restons, restons encore un peu sur le bitume contre les arbres, la vie attendra, et je tourne les bras écartés en regardant le ciel gris mes talons heurtent le concret du sol d'un écho : accordéon, noir et blanc, plumes, et plus je tourne plus le monde se fond sa douceur nous embrase et renverse sur nos mains des oranges mures et odorantes...

 
02040006.JPG
 

(2)

Une peur : s'écrire une vie au lieu de la vivre. Il se fait tard les ombres flottent sur les murs blancs sous la lumière tamisée d'une demi-lune et je m'oblige à être immobile parmi les bruits de la vie de la ville de l'autre côté des murs et très loin en profondeur (par la fenêtre je peux toucher les toiles d'araignées et le ciel), au sol s'amassent comme une pellicule neigeuse les petits papiers un mot sur chaque et je me dis qu'il serait évidemment plus opportun d'investir dans un dictaphone...

 
00320009.JPG
 

(3)

Voulez-vous danser avec moi? Le spectacle est fini et la piste est déserte un courant d'air soulève les rideaux derrière tout est noir, mais ai-je vous déjà vu dans le noir? les silhouettes des mégots et d'un piano noir brillent dans la pénombre d'une boule à facettes et il flotte dans l'air une odeur de gens heureux et du vin bon marché (comment sentent les gens heureux?) j'ai mis le médaillon de ma grand-mère vous portez une fine cravate en cuir et la musique commence, un canzone de Lucio Dalla...