Nina RendulicComment

Who's afraid of women photographers? (1)

Nina RendulicComment
Who's afraid of women photographers? (1)

(1)

2016, minuit. Comme si on avait un peu peur de se souhaiter des vœux trop extravagants, ou trop concrets, trop détaillés. On reste dans le minimalisme : la santé et la sérénité. Pour soi et ceux qu'on aime. Car 2015 nous a bien appris : il ne suffit pas de dire "bonne année" pour qu'elle soit bonne. Trinquer n'est pas un performatif. Dans la crainte des ombres qui nous menacent, dans la crainte de l'inconnu, restons optimistes. Restons humbles.

Premier jour de l'année à Paris. Dans le vent humide et sous le ciel gris. Dans les rues vides, parmi les sourires des sans-abris. Et des canettes vides emportées par le vent. Les jambes encore engourdies. Les restes du mascara coulent avec des larmes du froid. De petits nuages blancs nous sortent de la bouche lorsqu'on sourit. On dépasse le Louvre. J'aime toujours les pyramides gracieuses. On descend la rue de Rivoli avant de s'engouffrer dans le Marais. Paris s'éveille. Premier café en terrasse. Graffitis éphémères. Hauteurs insoupçonnables. A Bastille, une foire. Encore de lumières clignotantes. On quitte Paris sous le bruissement des feuilles mortes. Les platanes les gardent tout l'hiver.

(2)

Qui a peur des femmes photographes? Premier janvier, première partie, 1839-1919, Paris, Musée de l'Orangerie (un vigile souriant, un café british, des salles spacieuses, pas de signal pour les portables et c'est tant mieux). Une exposition diptyque, délocalisée (seconde partie, 1918-1945, au Musée d’Orsay, à aller voir avant le 24 janvier), le premier siècle de la photographie écrit par des femmes. Choix audacieux et très bienvenu : l’exposition ne montre pas "la photographie féminine", cette vue délicate / ou décidée / ou idéaliste / ou critique / ou… de la femme sur le monde. Non, nous observons ici l’auto-création de la Femme moderne, son émancipation à travers l’adoption d’un outil au départ considéré comme "masculin" car technique.

L’exposition, mêlant l’esthétique et le documentaire, montre l’impact du choix d’être photographe sur l’ampleur du territoire revendiqué par ces nouvelles femmes libres – leur sphère privée, familiale (la manie britannique des albums de famille, où les têtes de êtres chers sont découpées et collées sur les corps des araignées, ou parmi les fleurs…) transcende d’une part vers l’onirique (je redécouvre Julia Margaret Cameron) et d’autre part vers la "chambre à soi" (je découvre Gertrude Käsebier avec le portrait de la femme ayant perdu son enfant, je découvre Alice Austen qui, en 1891, a osé se photographier avec une amie, une cigarette et la jupe qui découvre les mollets, je découvre et j’aime Imogen Cunningham et son nu splendide de 1910), avant de s’engager dans les territoires publiques – donc réservés aux hommes (voyages aux pays "exotiques", documentation du mouvement suffragiste, représentation de la grande guerre).

La femme photographe est subversive : elle devient le sujet de l’histoire qu’elle raconte, histoire au fil de laquelle on peut suivre son émancipation sociale, jusqu’au point ultime, l’avenant d’une pratique photographique n’ayant pour autre finalité que le plaisir esthétique du regard.

Et c'est très bien.



(1)

2016, ponoć. Kao da se bojimo zaželjeti si preekstravagantne želje, ili prekonkretne, predetaljne. Ostanimo minimalisti : zdravlje i mir. Za sebe i one koje volimo. Jer 2015 nas je dobro podsjetila : nije dovoljno reći "sretna nova godina" kako bi ona zaista bila sretna. Podići čašu nije performativni čin. Unatoč strahu od sjena koje nam prijete, strahu od nepoznatog, ostanimo optimisti. Ostanimo skromni.

Prvi dan u godini i u Parizu. Pod vlažnim vjetrom i sivim nebom. U praznim ulicama, među osmjesima beskućnika. I praznim limenkama koje vjetar nosi... Noge su još teške. Ostaci maskare teku sa suzama od hladnoće. Bijeli oblačići izlaze nam iz usta kad se smijemo. Prošli smo Louvre. I dalje volim njegove piramide. Silazimo ulicom Rivoli prije ulaska u Marais. Pariz se budi. Prva kava na terasi. Grafiti koji će već sutra nestati. Neslućene visine. Lunapark na Bastilji. Još šarenih lampica. Napuštamo Pariz uz šustanje mrtvog lišća. Platane ga imaju cijelu zimu.

(2)

Tko se boji žena fotografkinja? Prvi siječanj, prvi dio, 1839-1919, Pariz, Muzej Orangerie (nasmiješeni policajac, british kafić, prostrane sale, nema signala za mobitel, još bolje dan nema). Izložba-diptih (drugi dio, 1918-1945 u Muzeju Orsay, do 24 siječnja, imam još tri tjedna) koja predstavlja prvo stoljeće fotografije kako su ga napisale žene. Hrabar i dobrodošao izbor : izložba ne pokazuje "žensku fotografiju", kao žensko pismo, taj nježni / odlučni / idealistički / kritički / ... pogled žena na svijet. Ne, ovdje ćemo promatrati samo-stvaranje moderne Žene, njenu emancipaciju kroz prizmu prihvaćanja i korištenja tehnike dotad rezervirane za muškarca.

Dokumentarno-estetski postav izložbe pokazuje međuodnos izbora zanimanja i opsega teritorija koji otad pripada tim novim, slobodnim ženama fotografkinjama – njihova privatna, obiteljska sfera (sviđa mi se britanska manija obiteljskih albuma – fotokolaža u kojima su glave dragih rođaka postavljene na tijela pauka ili među cvijećem...)  prelazi u oniričku (ponovno otkrivam Juliju Margaret Cameron) ili sferu "vlastite sobe" (otkrivam Gertrude Käsebier i portret žene koja je izgubila dijete, otkrivam Alice Austen koja se, 1891, usudila fotografirati s prijateljicom, cigaretom i suknjom do koljena, otkrivam i volim Imogen Cunningham i njen prekrasan akt iz 1910), te naposljetku izlazi u javni prostor – rezerviran za muškarce (putovanja u egzotične zemlje, dokumentiranje sufražetskog pokreta, slikanje Prvog svjetskog rata).

Žena fotografkinja je subverzivna : postaje subjekt povijesti koju priča, priče tijekom koje slijedimo njenu emancipaciju do krajnje točke, stvaranja fotografija koje nemaju drugi cilj do estetske ugode promatranja.

I to je jako dobro.