Une radio nommée désir

La Fulgurante Cie, jeune compagnie berruyère* questionnant les rapports entre le spectacle vivant et l'espace public, a apporté un peu de douceur sur les pavés orléanais à l'occasion de la Fête01 au Labomédia le samedi 6 mai avec leur performance Radio Désir.

Il pleut dans cette ville mouillée d’Orléans une pluie visqueuse, fine et sournoise le samedi 6 mai la veille des décisions importantes sur le trottoir de la Rue de Bourgogne devant le 108. Il pleut sans façon et sans fin alors que deux silhouettes noires sortent dans la rue, et se dirigent, chacune avec deux postes de radio vintage, dans les sens opposés. Une procession de gens aléatoires et embués les suivra...

Quelle est la différence entre le désir et l'envie?

Elle cherche la bonne fréquence sur le seuil d'un restaurant asiatique. La pluie. Elle observe les passants qui l'observent. Sur les ondes, un grésillement de mille voix parasites recouvre celle de son interlocuteur désiré. Puis soudainement, le son s'éclaircit et une voix claire parle du désir. C'est alors qu'elle confie les postes de radio à des spectateurs et commence à s'en aller. 

Quelle est la différence entre le désir et l'envie?

Sa danse de rue est naturelle. Ils passent. Elle danse. Il pleut. Et c'est normal. Elle investit l'espace urbain avec une légèreté insoupçonnable et magnétique : elle s'accroche aux gouttières, effleure des voitures, s'allonge sur des pavés glissants, se glisse dan un conteneur poubelle, enlace des passants, croque dans une pomme d'un air amusé, s'immisce dans la cour d'un immeuble ancien. Elle nous mène vers la rencontre avec celle qui était partie dans l'autre direction.

Quelle est la différence entre le désir et l'envie?

L'unicité de la performance échappe à la perception collective : pendant que elle, une, descendait la rue de l'ouest, elle, autre, la remontait de l'est. Impossible de voir les deux. Ce n'est qu'une fois ensemble, allongées sur le sol de la cour du 108, que l'on perçoit les invisibles fils magnétiques qui les tiraient vers la rencontre ultime. Le désir pourra-t-il être assouvi?

---

Le grand art, c'est bien, soutenir des jeunes compagnies artistiques et des actions locales, c'est beau!

La Fulgurante Cie, vous la retrouverez sur son compte Facebook, ici

Labomédia, association orléanaise en arts numériques et tant d'autres, c'est ici

 

* Bourges !